top of page
Rechercher

Connaissez-vous l'outil BRAIN ?



En tant que futurs ou jeunes parents vous êtes plongés dans un univers que vous maîtrisez peu


Tout au long de la grossesse mais aussi pendant l’accouchement et le post-partum vous allez vous retrouver face à une multitude de « propositions » faites par les professionnels de la santé que ce soit des examens de dépistage / de diagnostique, des traitements ou des interventions médicales sans en connaître toutes les composantes.


L’outil BRAIN est un outil facile à utiliser qui vous permettra de poser des choix libres et éclairés c’est-à-dire sans aucune pression et en toute connaissance de cause.

L’objectif étant que vous soyez acteurs des décisions que vous prenez sans remettre en cause les compétences des professionnels de la santé. Il s’agit ici d’utiliser une communication efficace et bienveillante.

Ce qui donne satisfaction au couple en terme de vécu d’accouchement c’est de s’être sentis respectés et acteurs.


L'acronyme BRAIN ...







Je vous illustre l’outil au travers d’un exemple :


Une dame s’est mise en travail spontanément, elle est installée dans une salle de travail. A un moment donné, les professionnels de santé observent des contractions de moins bonne qualité, la dilatation du col progresse lentement. Au monitoring on devine que son bébé va bien.

On va sans doute lui proposer de l’ocytocine de synthèse (Syntocinon) dans le but d’obtenir des contractions de meilleures qualités.

« Madame je vais vous mettre une perfusion avec de l’ocytocine, grâce à cela vous aurez des contractions de meilleures qualités et le travail progressera plus vite ». Vu comme ça pourquoi pas ! Le couple valide. Et vous qu'auriez-vous dit ?

Pourtant il ne s’agit pas ici d’un vrai consentement éclairé car on annonce que les bénéfices.


En utilisant l’outil BRAIN, voici les infos que le couple aurait pu obtenir :

BÉNÉFICES :

améliorer la qualité des contractions —> améliorer l’ouverture du col.

RISQUES :

excès de contractions —> gestion plus difficile des contractions —> recours rapide à la péridurale —> perte des sensations qui guident la femme et immobilisation —> risque de mauvaise position du bébé dans le bassin —> augmentation du risque d’instrumentation / épisiotomie MAIS AUSSI excès de contractions —> risque d’inconfort chez le bébé (monitoring moins bon) —> augmentation de la médicalisation —> augmentation du risque de césarienne OU ocytoxine de synthèse —> diminution de la production de l’ocytocine naturelle —> augmentation du risque de troubles de l’attachement / de dépression du post-partum … vous l’aurez compris on rentre dans une cascade d’interventions médicales.

ALTERNATIVES :

favoriser un environnement propice à la sécrétion naturelle d’ocytocine (pénombre, calme, chaleur, douceur, …), gestion du stress, proximité avec le (la) partenaire, caresses, massages, points d’acupression, homéopathie, huiles essentielles, …

INTUITION :

comment c’est à l’intérieur de moi, quelles sensations je ressens ?

NE RIEN FAIRE :

on réévaluera la situation dans une heure ou deux tant que maman et bébé vont bien.

Bien entendu tous les risques ne sont pas d’office présents ! L’objectif reste de mettre en balance les bénéfices face aux risques.


En ayant ainsi toutes les composantes : quelle sera votre décision ? Sera-t-elle la même ?

Quels sont vos souhaits de naissance ? Est-ce que ce choix est en accord avec les souhaits de naissance ?


ATTENTION : L’objectif de cet exemple n’est pas d’incriminer l’ocytocine de synthèse car lorsque celle-ci est utilisée pour raisons médicales vraies, elle s’avère très utile ! Par contre son utilisation en routine reste controversée comme vous l’aurez compris.


En espérant que cet outil vous soit utile :-)


Si vous le souhaitez vous pouvez télécharger le support ci-dessous. Bonne pratique !


BRAIN pdf
.pdf
Télécharger PDF • 56KB


Maria

8 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page